France > Projets > Colombie 

Le projet Colombie

Le 3 octobre 1994 arrivaient en Colombie les premiers volontaires de PBI. En 20 ans, le projet n'a cessé de croître, et dispose désormais d'une vingtaine de volontaires. Aux deux équipes initiales, à Bogotá et Barrancabermeja, s'est ajoutée celle d'Urabá en 1998. Pour soutenir et promouvoir le travail de PBI en Colombie au niveau international, des bureaux ont été créés aux Etats Unis et en Europe.

Le projet se concentre sur deux grands champs de travail :

1. L'élaboration d'un réseau de protection:

  • Présence d'observateurs internationaux et accompagnement international.
  • Relations publiques et plaidoyer auprès des autorités locales, nationales et internationales.

  • Production et diffusion d'informations.

  • Mise en place d'un réseau d'appuis au projet.

  • Travail sur le thème du déplacement forcé

2. La formation à la reconstruction du tissu social

Le site internet du projet Colombie

Les associations accompagnées

Au total, PBI accompagne en Colombie 13 associations possédant chacune leurs particularités, mais ayant en commun la lutte pour la protection des droits humains. PBI accompagne également en plus 3 communautés et 2 défenseurs des droits humains.

Liste des associations accompagnées:

La CREDHOS est une organisation non gouvernementale, composée par les membres de la société civile de la région de Magdalena Medio en Colombie. Cette organisation a été fondée en 1987 et milite pour la défense et  la protection des droits de l'homme, la démocratie et le respect du Droit international  humanitaire.

La CREDHOS est basée à Barrancabermeja (Santander), sa mission est de fournir une formation sur la résolution des conflits armés aux organisations, de faire  des recherches sur la violation de droits de l'Homme par les acteurs du conflit armé. L’organisation fournit également une assistance légale aux victimes et publie des rapports sur la situation des droits de l'Homme dans la région. PBI accompagne la CREDHOS depuis 1994.

La CIJP est une ONG qui milite pour la défense des droits de l'Homme, composée par 50 membres de l'église presbytérienne. La Commission soutient les expériences locales de vérité, de justice et de réparation qui cherchent une solution politique négociée au conflit armé interne.

Le travail de la Commission se concentre sur la protection des communautés indigènes et afros et de leurs territoires, la lutte contre l'industrie des biocarburants et de ses implications pour la sécurité alimentaire. La Commission dénonce également la violation des droits humains par les acteurs du conflit armé en Colombie et travaille dans huit départements du pays. PBI accompagne la CIJP depuis 1994.

Ce Collectif est une ONG composée de 28 avocats et de 50 techniciens juridiques, qui militent pour la défense des droits humains et représentent légalement les victimes du conflit armé devant le système juridique colombien et la Cour pénale internationale. Le Collectif a été fondé en 1980 et dans les années 90, a été créée une équipe de soutien juridique aux victimes devant les Nations unies, l’Organisation des états américaines (OEA) et l’Organisation internationale du travail (OIT). Le Collectif a adhéré à l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH). PBI soutient le Collectif à Bogota depuis 1995.

Ce Collectif a notamment dénoncé les cas d'interceptions illégales de communication des membres des partis d’opposition, de certains juges, de journalistes et de membres d’ONG. Le Collectif a également travaillé sur le cas de l’assassinat du célèbre journaliste Jaime Garzon en 1999 par les paramilitaires de l’AUC, ainsi que sur la condamnation de l’Etat Colombien dans l’assassinat du célèbre chef politique du parti de gauche de l’Union Patriotique (UP), Manuel Cepeda Vargas en 1994.

Le Comité a été fondé en 1973 dans un contexte de poursuite judiciaire de nombreux leaders syndicaux, étudiants et opposants politiques en Colombie. Actuellement, le Comité assiste légalement les prisonniers politiques et dénonce les conditions d'enfermement dans les prisons (surpeuplement, restrictions de l'accès à l'eau et absence de soins médicaux). PBI accompagne le Comité depuis 1998.

L'organisation représente juridiquement les familles de victimes d’exécutions extrajudiciaires par les forces armées et travaille sur le cas de la torture et de l’assassinat du syndicaliste Luciano Romero Molina en 2005 à Valledupar par les paramilitaires de la région de César.

Depuis les années 70, la région de l'Uraba, au nord-ouest du pays, a vécu une forte dégradation du conflit armé. Les FARC et l’EPL se sont installés dans la région pour sa position géostratégique et, en 1996, les groupes paramilitaires ont aussi commencé à leur disputer la région. Malgré l’escalade de la violence, la population civile a résisté et a créé la Communauté de paix de San José de Apartadó, en se déclarant neutre dans le conflit et en rejetant la présence des groupes armés sur son territoire.

Depuis sa création, la communauté à vécu le massacre de sept de ses membres, dont le leader Luis Eduardo Guerra par les forces armées en 2005 et actuellement, la communauté lutte contre le renforcement des groupes armés illégaux qui sont apparus après la démobilisation des paramilitaires entre 2003 et 2006, et qui menacent et stigmatisent la population.

La communauté est principalement accompagnée par PBI depuis 1999, par l’organisation Fellowship of Reconciliation (FOR) et par l'organisation italienne Operazione Colombia.  

La Corporation juridique pour la liberté est une association d’avocats qui travaille dans les départements d’Antioquia et Chocó pour la défense des droits de l’Homme depuis 1993. Cette organisation fait partie d’un réseau de 16 autres organisations qui composent le Projet pour la mémoire historique «Colombia Nunca Más ». PBI accompagne la Corporation depuis 2001.

La Corporation soutient légalement les victimes de violation des droits de l’Homme et accompagne les communautés dans leurs activités de résistance et de défense du territoire. La Corporation fait aussi des enquêtes sur l’impunité dans des cas de violations des droits de l’Homme, comme l’enlèvement de 15 paysans de « la vereda la esperanza » en 1996 par les paramilitaires du « Magdalena Medio ». Elle représente les familles de victimes de l’opération militaire Orion dans « la comuna 13 » à Medellin; et elle représente les victimes dans des cas d'exécutions extrajudiciaires commises par les forces armées en 2006.

Ce Collectif à but non lucratif travaille pour approcher les communautés et les assister juridiquement dans la lutte pour le respect des droits de l'Homme. L'organisation milite pour le développement d'une société démocratique, pluraliste, tolérante et respectueuse des droits humains et du Droit international humanitaire.

Le Collectif est composé par des défenseurs des droits de l'Homme, qui accompagnent et conseillent les victimes de violations des droits humains dans les régions de Magdalena Medio, Santander et le Catatumbo.

Le collectif soutient les organisations civiles dans leur processus de revendication de leurs droits, pour protéger la biodiversité et pour défendre le droit à la terre et à l'autodétermination des peuples. PBI accompagne le Collectif depuis 2006. 

L'Association défend la lutte pour le respect des droits de l'Homme et la lutte pour la permanence et la redistribution des terres aux paysans. Dans ce contexte, l'association concentre son travail sur la zone de réserve paysanne et soutient le développement durable et le développement de projets agricoles.

L’Association est composée de 120 groupes d'action communautaire situés dans huit municipalités de la région du Magdalena Medio. Les projets productifs gérés par l'Association visent à garantir la sécurité alimentaire de la population rurale du fleuve.

Les objectifs sont de contenir l'extension de la frontière agricole, de dénoncer la concentration illégale des terres, de créer les conditions pour le développement durable de l'économie rurale, de réglementer l'occupation de la terre en donnant la préférence aux paysans pauvres, et de protéger à la fois l'économie rurale et la souveraineté alimentaire. PBI accompagne l'ACVC depuis 2007.

L'organisation consacre ses efforts en faveur des victimes de violations des droits humains qui se produisent dans les régions de Casanare, Boyacá, Arauca, Tolima et Cundinamarca, et travaille pour la reconstruction du tissu social et la configuration d'une école permanente des droits de l'Homme.

L’organisation favorise la souveraineté alimentaire à travers la promotion de la production écologique. Elle renforce la reconstruction organisationnelle sociale et sensibilise la communauté internationale sur la réalité des communautés de ces régions.

La corporation a fait un rapport sur les impacts négatifs sur  l'environnement de l’extraction de pétrole effectuée par la BP dans la région de Casanare. Les conclusions signalent la destruction des sources d’eau, les perturbations associées à la combustion du gaz, les dommages au sol. Le rapport retrace la chronologie de cette agression depuis 1987 et montre les cas de déplacements de la population, la torture physique et psychologique des paysans, les enlèvements, les détentions arbitraires et les assassinats ciblés. PBI accompagne la Corporation depuis 2009.

NOMADESC est une organisation fondée en 1999 qui conseille et accompagne les femmes (autochtones, afro-descendantes et paysannes) dans la défense des droits de l'Homme. L'organisation est basée à Cali (Valle del Cauca) et travaille principalement dans le sud-ouest de la Colombie dans les départements de Valle del Cauca, Cauca, Huila et Nariño, des zones caractérisées par la densité du conflit social et armé.

Le travail de recherche effectué par NOMADESC se concentre sur les causes et les conséquences du conflit armé, sur l'impact de l'exploitation minière, ainsi que sur les violations des droits de l'Homme. PBI accompagne la présidente de l'organisation, Madame Bérénice Celeyta depuis 1999 et  l'organisation NOMADESC depuis 2011.

Jorge Molano est un avocat défenseur des droits humains qui a travaillé pour diverses organisations comme la Ligue internationale pour les droits et la libération des peuples, la Société pour la liberté de la magistrature, la Commission interaméricaine de la Congrégation de Justice et Paix et le Centre de recherche et d'éducation populaire (Cinep).

Actuellement, il représente les familles des victimes dans l'affaire de disparition forcée de civils au Palais de Justice en 1985. Il travaille également sur le cas d’exécutions extrajudiciaires à Manizales (Caldas) et représente les familles des jeunes assassinés par un bataillon de la contre-insurrection armée. Il soutient légalement la Communauté de paix de San José de Apartado et représente les parents de l'étudiant Johnny Silva, assassiné en 2005 par la police lors d'une manifestation de l'université de Valle del Cauca. PBI accompagne Jorge Molano depuis 2009.

Claudia Julieta Duque est une journaliste correspondante de la Radio Nizkor qui fait des enquêtes pour le Collectif d'avocats José Alvear Restrepo. Elle travaille sur les questions de la disparition forcée, sur le recrutement d'enfants par les acteurs armés légaux et illégaux et sur l'infiltration de groupes paramilitaires au sein des gouvernements.

Duque a été l'une des journalistes interceptées de manière illégale par l’ex département  de renseignement de l'Etat (DAS) et reçoit des menaces depuis 2001, date à laquelle elle a commencé à travailler avec le Collectif d'avocats José Alvear Restrepo sur l’enquête sur l'assassinat du journaliste Jaime Garzón en août 1999. PBI accompagne Claudia Julieta Duque depuis 2010.

Nous suivre

 

Témoignages

"Il y a toujours des gens au coin de la rue qui nous espionnent et épient nos mouvements. Alors quand ils voient que des internationaux sont présents physiquement devant nos bureaux, cela nous aide énormément."
Elena Farfán Aura de FAMDEGUA (Association de familles de détenus disparus de Guatemala)

Membre de

Nos partenaires

Retrouvez-nous sur Facebook et sur Twitter !

PBI France Contact:  Kim Aumonier, 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris - France
Tél: +33 (0)1 43 73 49 60 Email: pbi.france@free.fr


International Office, Development House, 56-64 Leonard Street, London EC2A 4LT, U.K. Tel: +44 20 7065 0775
To find your nearest PBI office visit the international contact page