France > Projets > Honduras 

Le Projet Honduras

Le projet de PBI au Honduras a officiellement démarré ses activités en octobre 2013. Une équipe permanente de 4 volontaires est sur place.

En 2011 et 2012, un Comité exploratoire de PBI a observé de près la situation des défenseur-e-s des droits humains (DDH) au Honduras et évalué la pertinence d’une présence de PBI. Début 2013, Peace Brigades International a décidé d’ouvrir un projet au Honduras. Des volontaires seront envoyés sur place dans le courant de l’année.

Les missions d’explorations en 2011 et 2012, durant lesquelles des membres de PBI ont réalisé une soixantaine d’entretiens avec des représentants des autorités nationales et internationales et avec des défenseurs des droits humains locaux, ont permis de conclure que la méthodologie de PBI était adaptée à la réalité du pays et une présence de volontaires encouragée.

L’impunité, la violence et la criminalisation

Le rapport produit par PBI en 2012 « Honduras – la défense des droits humains, une activité à haut risque » conclut que les principaux risques auxquels les DDH, les membres de leurs familles et de leurs communautés sont confrontés sont : l'impunité, la criminalisation de leurs activités et l’usage de la violence par les forces de l’ordre. Le contexte dangereux dans lequel évoluent les DDH au Honduras s’illustre par le nombre élevé d'homicides. COFADEH, une organisation locale de défense des droits humains, parle de 132 assassinats politiques au cours des trois dernières années.

 

Défenseurs et organisations accompagnés

- Dina Meza

Dina Meza est journaliste et défenseure des droits de l'Homme. Membre du Comité des familles de détenus, disparus du Honduras (COFADEH), elle travaille notamment sur les conflits agraires dans la région du Bajo Aguan, une région militarisée en réponse à une forte mobilisation paysanne pour l'accès à la terre. La journaliste reporte de nombreuses intimidations et menaces depuis 2011, dans un pays qui compte le plus grands nombre de journalistes assassinés. Elle continue de lutter pour la liberté d'expression et pour la diffusion d'une information pluraliste au Honduras. 


- Centre hondurien de promotion du développement communautaire (CEHPRODEC) 

Fondé il y a plus de 20 ans, le CEHPRODEC défend le droit à la terre, au territoire et à l'alimentation. Depuis sa création, l'organisation a développé une grande variété de projets de formation, de soutien juridique et organisationnel, dans l'objectif que les populations qui voient leur droit à l'alimentation bafoué soient les véritables protagonistes dans l'identification de la problématique et la recherche de solutions. Dans le domaine de la défense juridique des personnes criminalisées, le CEHPRODEC prend en charge des cas de personnes indigènes qui font face à des procès en raison de leur travail de défense de la terre et du territoire. 


Aujourd'hui, le CEHPRODEC est présent dans 10 des 18 départements du Honduras, mais la grande partie de son travail se centre sur La Paz, au sud-ouest du pays. 

- Association LGBT Arcoiris

L’association LGBT Arcoiris est née en 2003 avec le but affiché de renforcer les capacités et d’informer la communauté LGBT des villes de Comayaguela et Tegucigalpa sur des thématiques de santé intégrale, défense et promotion des droits humains de la Diversité sexuelle hondurienne, plaidoyer politique et recherches. L’association travaille avec des femmes lesbiennes ou bisexuelles, des hommes gays ou bisexuels, des hommes et des femmes trans (transsexuels, transgenres, transformistes, travestis) et des hétérosexuels. Ces derniers sont sensibilisés en vue de réduire la stigmatisation et la discrimination en raison de l’orientation sexuelle. L’association sensibilise et renforce les capacités des personnels des centres de santé, écoles, organisations de parents, etc. Elle effectue également des recherches sur diverses problématiques auxquelles fait face la communauté LGBTI au Honduras : crimes de haine, trajectoires historiques de la communauté LGBTI, migrations et situations d’exil, pratiques et comportements des personnes LGBTI au regard du VIH.

Arcoiris fait partie du Comité de la diversité sexuelle du Honduras, un espace de convergence, de réflexion et de prises de décisions politiques pour les organisations de la diversité sexuelle hondurienne. L’association a été récemment choisie pour intégrer le Conseil national de protection des droits de l’Homme, en tant que membre suppléant, une instance née de la Loi pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, communicants sociaux, journalistes et administrateurs de justice.  

 

- Gladys Lanza

Gladys Lanza Ochoa est l’actuelle coordinatrice du Mouvement des Femmes pour la Paix Visitacion Padilla, les « Chonas », une organisation fondée le 25 janvier 1984 et qui interroge les structures sociales violentes envers les femmes au Honduras. Ainsi, son travail se centre sur la lutte contre la violence contre les femmes, la sexualité féminine, la discrimination des femmes dans la vie publique et privée, les inégalités salariales entre femmes et hommes, et la maternité.

Gladys a milité dans le mouvement syndical pendant 26 ans, militantisme pour lequel elle a été arrêtée et durement réprimée par les agents de renseignement de l’Etat, pour avoir osé exiger le respect de la vie et de la liberté des personnes privées de liberté pour des motifs politiques, la vie des disparus et le respect de la souveraineté. Son intense travail de défense des droits des femmes lui a valu de nombreux incidents de sécurité et jusqu’à une condamnation judiciaire pour injure et diffamation dans un cas de harcèlement sexuel au travail qu’elle menait en défense d’une femme, et pour laquelle elle a fait appel. Elle bénéficie de mesures de protection de la CIDH depuis 2009.

Gladys Lanza est accompagnée par PBI depuis juillet 2015 en raison de l’augmentation des attaques à son égard.   

 

 

Nous suivre

 

Témoignages

"Le meilleur moyen de protéger les défenseurs est l’action politique sur la nécessité pour les gouvernements et la société civile de faire pression et d’agir contre ceux qui, jour après jour, menacent, harcèlent et assassinent les défenseurs."
Enrique Eguren, Manuel de protection pour les défenseurs des droits humains

Membre de

Nos partenaires

Retrouvez-nous sur Facebook et sur Twitter !

PBI France Contact:  Kim Aumonier, 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris - France
Tél: +33 (0)1 43 73 49 60 Email: pbi.france@free.fr


International Office, Development House, 56-64 Leonard Street, London EC2A 4LT, U.K. Tel: +44 20 7065 0775
To find your nearest PBI office visit the international contact page